=> Vente de biens en Inde et rapatriement de l'argent – pancarte a vendre a imprimer

Dernièrement, de nombreux Indiens non-résidents (NRI), en particulier d'Amérique du Nord et d'Europe, viennent en Inde pour vendre leur propriété. Conserver des biens immobiliers en Inde et les entretenir n'est pas une tâche facile. Dépendre de ses proches et de ses amis pendant une longue période n'est également pas réalisable.

Après la vente de la propriété, le prochain défi consiste à remettre l'argent dans le pays de résidence. Cela peut sembler compliqué, mais en réalité ce n’est pas le cas.

Imposition

Si les NRI vendent un bien après trois ans à compter de la date d'achat, ils sont soumis à une taxe sur les gains en capital à long terme de 20%. Les gains sont calculés en faisant la différence entre la valeur de vente et le coût d’achat indexé. Le coût d’achat indexé est le coût d’achat ajusté à l’inflation. Le calcul du coût d’achat indexé peut être effectué à l’aide de calculateurs en ligne.

En cas de propriété héritée, la date et le coût d’achat aux fins du calcul de la période de détention ainsi que du coût d’achat sont considérés comme la date et le coût pour le propriétaire initial. Lors du calcul de LTCG, le coût pour le propriétaire précédent (la personne dont le bien est hérité) serait considéré comme le coût d'achat. Les NRI sont soumis à un impôt déduit à la source (TDS) de 20% sur le LTCG. Toutefois, il existe certains cas dans lesquels les NRI peuvent obtenir une dérogation sur TDS - par exemple, si le NRI envisage de réinvestir les gains en capital dans une autre propriété ou dans des obligations exonérées d'impôt.

Si un NRI vend une propriété dans les trois ans suivant son achat, elle sera redevable de la taxe sur les gains en capital à court terme (STCG) au niveau de la dalle fiscale concernée. STCG correspond à la différence entre la valeur de vente et le coût d’achat (aucun avantage d’indexation n’est disponible). Les NRI peuvent demander un certificat d'exonération fiscale. La NRI doit présenter cette demande dans la même juridiction que celle où elle a obtenu son numéro de compte permanent. Elle devra prouver que les gains en capital ont été réinvestis. Si elle envisage d'acheter une autre maison, elle devra montrer la lettre d'attribution ou le reçu de paiement. Si elle envisage d'investir dans des obligations de gain en capital, elle devra soumettre un affidavit. Habituellement, l'acheteur retient le dernier versement jusqu'à ce que ce certificat d'exemption soit fourni par le NRI.

Exonérations fiscales

Selon l'article 54 de la Loi de l'impôt sur le revenu, si un NRI vend une propriété résidentielle (après trois ans à compter de la date d'achat) et réinvestit le produit dans une autre propriété résidentielle (dans les deux ans à compter de la date de vente), les gains seront: exonérés dans la mesure du coût de la nouvelle propriété. Supposons que les gains en capital sont de 1 crore et que la nouvelle propriété est achetée à 80 lakh, puis 20 lakh seront traités comme du LTCG. La propriété résidentielle que vous vendez peut être une propriété occupée par vous-même ou un loyer. De plus, la nouvelle propriété doit être conservée pendant au moins trois ans.

Les NRI ne peuvent pas investir le produit dans un bien étranger et se prévaloir de l'article 54. Toutefois, quelques audiences avec les autorités de recours ont statué qu'une exemption pouvait être demandée en vertu de l'article 54 même si la nouvelle maison était achetée à l'extérieur de l'Inde. La loi ne le spécifie pas clairement, mais il est conseillé de consulter un conseiller fiscal. Selon l'article 54EC de la loi sur l'impôt sur le revenu, si un NRI vend un actif à long terme, dans ce cas, la propriété résidentielle (après trois ans à compter de la date d'achat) et investit le montant des gains en capital dans des obligations de la National Highways Authority de l'Inde et Rural Electrification Corp. of India dans les six mois suivant la date de la vente, elle sera exemptée du paiement de l'impôt sur les gains en capital. Les obligations resteront immobilisées pendant trois ans.

Rapatriement

Les NRI et les personnes d'origine indienne ont l'autorisation générale de rapatrier le produit de la vente de biens hérités d'une personne résidant en Inde sous certaines conditions. Si ces conditions sont remplies, les NRI n'ont pas besoin de demander l'autorisation de la Reserve Bank of India (RBI). Cependant, si la propriété a été héritée par une personne résidant en dehors de l'Inde, elle doit alors demander l'autorisation expresse de RBI. Les conditions mentionnées que les NRI doivent remplir avant le rapatriement de l'argent ne sont pas compliquées. Le montant par exercice (avril-mars) ne devrait pas dépasser 1 million de dollars. Le rapatriement doit être effectué par l'intermédiaire de revendeurs agréés. Les NRI doivent fournir des preuves documentaires en matière d'héritage de propriété, ainsi qu'un certificat d'un comptable agréé dans le format spécifié.

Les INR doivent également vérifier les incidences fiscales dans le pays de résidence. De nombreux pays imposent leurs résidents sur leurs revenus mondiaux. Certains pays offrent une exemption partielle ou totale des plus-values ​​sur la vente d'une maison d'habitation si certaines conditions sont remplies. En outre, si le montant du gain est passible d’impôt sur le revenu dans le pays de résidence, la contribuable devrait alors réévaluer si elle devrait envisager de demander une exemption en vertu des articles 54 / 54F / 54EC. Dans de tels cas, le contribuable aurait peut-être intérêt à ne demander qu'une exonération partielle ou nulle en Inde des plus-values.

Om Ahuja est PDG (services résidentiels), Jones Lang LaSalle India.

=> Vente de biens en Inde et rapatriement de l'argent – pancarte a vendre a imprimer
4.9 (98%) 32 votes